Philippe Bouncer

C’était chez un ami bienveillant, il y a longtemps déjà. Prenant soin de ses plantes pour quelques jours, Philippe Bouncer sut de façon certaine qu’une famille nouvelle s’offrait à lui et l’accueillait à feuilles ouvertes. Le jardin n’avait plus qu’à germer.

Vivre auprès de plantes c’est, selon Philippe Bouncer, « la chance de prendre soin de notre terre, de transmettre un regard, une vie en accord avec le monde et de prendre conscience de nos environnements ».

Pour arriver à un tel dialogue avec ses clients et à une création comme conjointe entre un possesseur d’un espace petit ou grand et un jardinier-paysagiste, il faut maîtriser toute une palette de savoirs, de techniques et aussi vouloir s’inscrire dans une longue histoire, celle des jardins. Philippe aura donc appris beaucoup.

Il a eut la chance d‘être à bonne école. Son premier stage fut dans notre vénérable Jardin des Plantes de Paris. Son premier maître fut Christian Barre, homme de terrain et de profondeur, possédant l’art subtil de transmettre son savoir et sachant partager. Sa première restauration de jardin – clin d’oeil fraternel dans la vie d’un jardinier – fut le jardin privé de Jean Baptiste de La Quintinie, Jardinier de Louis XIV et créateur du Potager de Versailles.

Lors de la restauration de ce premier jardin, Philippe, alors âgé d’une vingtaine d’années, demanda quelques conseils auprès d’un autre grand jardinier et homme de science, Alain Richert, paysagiste, artiste, aussi savant en techniques horticoles qu’en créations paysagères et de plus botaniste émérite. Philippe put poursuivre son cheminement de jardinier, passant pendant plus de deux ans ses weekends dans ce beau jardin qu’est le moulin de Vau. Qui devint un lieu d’étude, de travail et de confrontations. Catherine Willis, artiste encore trop peu reconnue, co-créatrice de l’exemplaire jardin du Moulin de Vaux, lui aura ouvert le monde de l’art des jardins et l’échange et le partage des plantes dites « banales », pourtant si méritantes et souvent médicinales et bienfaitrices.

Pour l’étude des insectes Philippe Bouncer eut la chance de rencontrer au Moulin de Vau, l’entomologiste Philipe Béranger Lévêque, créateur entre autre du label Elater. Celui-ci lui apprit à regarder, en chaque milieu, la vie qui se transforme. Ce maître transmettra avec beaucoup d’humour et de poésie les clefs de reconnaissance des insectes. « Nous parcourrions les champs et sous bois, regardions un point d’eau ou du vieux bois afin d’en connaître ses habitants ailés ou rampants. Tous ces lieux regorgeant de vie, conduisant à reconnaître le travail minutieux des insectes, un simple exemple le travail des abeilles et leur présence vitale… » mais également les chenilles, les papillons. Encore une façon de reconnaître l’interdépendance, la communication bien présente, entre tous les êtres vivants…

En cliquant sur « Chantiers réalisés » vous trouverez des exemples de : création de terrasses, patios, de jardins d’intérieur, aux thématiques riches et de divers horizons, de l’espace le plus modeste aux surfaces de 500 m². Vous pourrez en découvrir quelques unes sur ce site, certaines fort prestigieuses pour des clients que la confidentialité nous empêche de citer ici, mais qui témoignent de sa réputation grandissante parmi tous ceux que lassent les terrasses « prêtes à installer ».

La pratique du zen, la musique, les livres ont été pour Philippe Bouncer une autre rencontre racinaire lui permettant d’approfondir le travail sur soi-même : il a pu méditer sur notre rapport à la vie, au monde et aux autres. Tenir compte des autres, voilà l’une des originalités du travail de Philippe. Il ne suit aucun des dogmes que veulent imposer certains paysagistes de renom. Il ne rencontre pas un client avec l’idée de « plaquer » une conception toute faite, dogmatique et académique. L’«écoute de la nature lui aura fait pratiquer le dialogue et c’est bien un dialogue qui va s’instaurer entre le client, son espace et l’approche de Philippe. Par des conversations avec le futur jardinier de son propre espace et en observant les goûts, les oeuvres d’art aimées par le client, ses couleurs et matières préférées, tout ce qui caractérise son lieu de vie, Philippe Bouncer va concevoir l’extérieur de ce lieu. Et, à partir des voeux du client, créer un projet véritablement personnalisé.

Tous les aspects de l’oeuvre à venir sont pris en compte : des exigences les plus techniques au microclimat du lieu, des plantes, buissons et arbres adéquats en termes d’adaptation et de réponse au goût du client, sachant aussi tirer parti de ses voyages, orientaux notamment, de la science des « horizons empruntés », de l’amour des matières végétales et minérales, y compris aussi les matériaux les plus modernes.

Voilà pourquoi les créations de Philippe Bouncer s’intègrent si bien à l’environnement immédiat, qu’elles continuent à croître et à prospérer comme il se doit et qu’elles répondent parfaitement à l’attente du client, bien des années après leur réalisation. De telles terrasses jardinées sont bien au delà de cadres verdoyants vaguement décoratifs.

Alain Siboni